8 novembre 2015

Les saintes icônes, véhicules de la Grâce


Ayant tout juste terminé son doctorat en Allemagne, et se sentant confiant quant à sa connaissance des saintes icônes, le jeune étudiant diplômé rendit visite à un bon ami de son père, un moine aveugle. Il lui parla un peu de certaines choses et puis arriva à son but:

"Géronda, même si tu es aveugle, tu vénères les icônes. Tu connais et tu comprends qui tu vénère? " demanda le jeune diplômé au moine.

"Bien sûr que oui!" répondit le moine aveugle.


"Est-ce vrai? Eh bien, cela te dérangerait-il si je faisais un petit test?" a-t-il demandé au moine.

"Pas du tout", fut la réponse.

Il y avait une étagère d'icônes juste au-dessus de là où ils étaient assis. Alors l'étudiant diplômé décrocha une icône de sainte Catherine la grande martyre, et il la donna à vénérer au moine aveugle.

Faire son signe de croix, et s'inclinant vers le sol, le moine baisa l'icône.

"Alors, Géronda, quel saint as-tu vénéré?"

"Sainte Barbara la grande martyre ", répondit-il.

"Géronda, je suis désolé mais ce n'est pas sainte Barbara," dit le jeune homme.

"Peut-être que tu veux vénérer à nouveau l'icône et voir si tu as fait une erreur", déclara-t-il au moine.

"Je connais la grâce de sainte Catherine. Elle est différente de celle de sainte Barbara. Tu fais erreur. Peut-être que tu devrais lire à nouveau le nom", répondit le moine résolument.

Regardant à nouveau vers le bas de l'icône, le jeune étudiant diplômé ne pouvait pas en croire ses yeux. Là, écrit sur l'icône était le nom de sainte Barbara. L'aspect de la sainte était celle de sainte Barbara. Comment aurait-il pu la confondre avec sainte Catherine? Bien sûr, certaines icônes se ressemblent, mais c'était choquant!

"Géronda, je suis désolé. Je me suis trompé. L'icône est de sainte Barbara ", s'excusa-t-il.

"La grâce de chaque saint est distincte. Je ne peux dire quel saint je vénère par la grâce particulière du saint," lui fit savoir le moine.

Des années plus tard, en racontant cette histoire à ses élèves, le professeur Tselingidis disait: "Moi, qui ai des yeux pour voir, je n'ai pas vu. Tandis que le moine qui était aveugle a vu ce qui était pour moi invisible."

Et Jésus dit: "Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles." (Jean 9:39)

L'histoire ci-dessus (incroyable) m'a été racontée par le professeur Demetrios Tselingidis. Il enseigne la théologie dogmatique à la Faculté de théologie de l'Université Aristote. Le professeur Tselingidis a terminé son bachelor et une maîtrise en théologie ici en Grèce. Il a étudié et obtenu son doctorat en Allemagne. Le sujet de sa thèse, intitulé Travaux iconologiques. était sur la théologie de saintes icônes, (Pour lire le résumé en anglais de son doctorat cliquez ici.) Il était fils de prêtre et disciple très proche de l'ancien Païssios de la Sainte Montagne. […]


Version française Claude Lopez-Ginisty pour Orthodoxologie
d'après LESSONS FROM THE MONASTERY

Aucun commentaire:

Publier un commentaire