18 décembre 2016

Un miracle de l’art liturgique : l’église de la Protection de la Mère de Dieu à Yasenovo


Par Andrew Gould publié sur Orthodox Arts Journal.

L'automne dernier, j'ai eu l'occasion de visiter un projet de construction qui n'est rien de moins qu'un miracle. J'ai vu un groupe de volontaires et d'amateurs, travaillant avec de petits dons, construisant une église qui rivalise avec n'importe quel monument dans l'histoire de la chrétienté. Le projet a récemment été terminé, consacré par Sa Sainteté le Patriarche Cyrille, le 27 décembre 2015. Je voudrais partager ce que j'ai appris au sujet de cette église stupéfiante.

En 2001, le monastère d'Optina a lancé un projet pour construire une église de représentation à Moscou. Avec le temps, cependant, le projet a dépassé ce programme de base. Un site sur une colline était situé à Yasenevo, un district éloigné au sud-ouest de la ville. C'est le terrain le plus élevé autour de Moscou, et beaucoup ont estimé que ce terrain avait un destin providentiel pour détenir une grande église.


L’église nouvellement consacré surplombant Moscou

L'extrêmement compétent Archimandrite Melchisédech (Artyukhin) a été désigné pour diriger le projet de construction. Il a fallu sept ans pour acquérir la terre et les autorisations nécessaires du gouvernement pour y construire. Entre-temps, il fut décidé de dédié l'église à la Protection de la Mère de Dieu, car l'église, surplombant toute la capitale, représenterait la protection de la Sainte Vierge pour Moscou. Le projet a naturellement été associé au thème d'un mémorial de guerre, commémorant la protection militaire de la capitale et ils ont fait des plans pour entourer la fondation avec de grandes croix de pierre commémorant les nombreuses batailles à travers l'histoire dans lesquelles la ville a été menacée et préservée. Les forces armées de Russie ont été émues par ce geste, et de nombreuses contributions sont venues de soldats individuels.

Croix mémorial de l’invasion napoléonienne

Un troisième programme est apparu lorsque l'Archimandrite Melchisédech a remarqué que les arcs dessinés par l'architecte au niveau de la crypte ressemblaient étroitement à la Grotte de la Nativité à Bethléem. Il a eu l'idée de recréer ce lieu saint dans le sous-sol de son église, et avec le temps cette idée a grandi aussi. En fin de compte, ils ont construit des répliques à grande échelle de tous les grands sites de pèlerinage de la Terre Sainte sous l'église Yasenevo - une destination de pèlerinage miniature en soi, dans la même tradition que le monastère de la Nouvelle-Jérusalem construit à l'extérieur de Moscou au XVIIe siècle. Ces répliques sont des exploits remarquables de sculpture, copiant même les fissures et les ébréchures dans les dalles de pierre d'origine.

La réplique de la grotte de la Nativité, dans la crypte

Mais le plus stupéfiant était de loin le projet de décorer l'intérieur de l'église principale. Il est orné dans le style des cathédrales siciliennes du 12ème siècle - sans doute le style le plus somptueux et raffiné qui n’a jamais émergé dans le monde influencé par Byzance. Pratiquement l'intérieur entier de l'église de Yasenevo est une iconographie de mosaïque scintillant de verre et d'or. Il n'y a eu qu'une poignée d'églises décorées de cette manière dans toute l'histoire, et cette église se classe au cinquième rang par sa surface de mosaïques. Les murs inférieurs de l'église sont revêtus de marbre blanc et le sol est fait dans un superbe style Cosmatesque en marbre et entrelacs de mosaïque. L'église est éclairée par un grand choros en laiton et une constellation de lustre étincelants. L'iconostase en marbre porte des joyaux comme icônes avec une puissante gravité romane. C'est une vision de la splendeur médiévale comme on n'a jamais vu jusqu'ici en Russie, et seulement rarement dans le monde entier.

La revêtement de marbre blanc dans la style Normand-Sicilien
Le Pantocrator en mosaïque de l’abside, sur le modèle de la chapelle palatine de Palerme
Le splendide sol de marbre et l’iconostase

Le véritable miracle de l'église de Yasenevo, cependant, n'est pas dans sa richesse, mais dans sa pauvreté. Étonnamment, cette église, construite en seulement sept ans, n'avait pas de grands donateurs individuels. Il n'y avait pas de grand oligarque ou de riche institution payant la facture. Plutôt, l'argent est venu de petits dons de gens ordinaire et de pieuses organisations - 800 000 donateurs au total.

De même, le stupéfiant travail de mosaïque n'était pas l'œuvre d'un studio professionnel, mais d'étudiants et d'amateurs, tous volontaires. Il y avait un iconographe professionnel engagé pour dessiner le grand Pantocrator, mais au-delà, le travail était planifié par des étudiants d'art très compétents. Ils ne pouvaient pas se permettre d'acheter des tesselles italiennes pour les vastes zones d'or, alors ils ont demandé des dons de bijoux en or de toute la Russie, et développé leur propre technique pour le dépôt de l'or sur des fragments de carreaux de céramique. L'atelier de mosaïque était dirigé par un maître à la retraite qui enseignait à quiconque se présentait. Le jour de ma visite, elle m'a présenté à son équipe pour la journée - un coiffeur, un étudiant en économie, un architecte, tous là sur leur jour de congé pour venir poser des tesselles, et faisant le travail comme des maîtres qualifiés. Au total, il y avait au moins 225 de ces mosaïstes bénévoles, dont certains arrivèrent sans aucune compétence, mais seulement un rêve de toute une vie de faire une icône, et ont fini par créer des œuvres d'une beauté incroyable.

Les mosaïstes au travail

Ma guide, Elena, expliquait que presque tout a été construit comme cela - l'aménagement paysager, le travail du marbre, les décorations inattendues et charmantes qui pouvait être vu pratiquement partout. J'ai trouvé que le chantier de construction ressemblait à une liturgie - les ouvriers pouvaient sentir leur rôle sacerdotal dans ce travail. Toutes les personnes impliquées dans le projet ont reconnu qu'un miracle se produisait - que Dieu avait ordonné que ce projet devait être différent de tout autre - que cette église ne serait construite qu'avec l’amour et qu'elle éclipserait toutes les autres.

Des liens:

Une visite panoramique virtuelle de l'église.

Photos de la consécration [ndt: à voir !].

Une vidéo de l'allocution du Patriarche Cyrille lors de la consécration (en russe).


La crypte de pèlerinage
Le choros en fer, au centre de la crypte
Une réplique de la Tombe du Christ de l’église du Saint-Sépulcre
Une réplique de la Tombe de Marie
Une réplique de la colonne fissurée lors du miracle du Saint-Feu en 1579.

Dans l’atelier de mosaïque

L’iconostase en construction

Pose du sol dans l’autel
Détail d’un mur représentant la Création, sur la galerie supérieur occidentale
L’extérieur, avec terrasse et jardin
Croix commémorant la Grande Guerre Patriotique

Le cycle des croix commémoratives de guerre autour de la fondation comprend une croix de plus après celle-ci, qui est actuellement vierge. 
Que Dieu accorde que cela reste ainsi.


Traduction en français par Nicolas Petit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire