19 décembre 2014

Mozaicon - Vibrantes mosaïques Roumaine

Theotokos du Signe - Complexe Patriarcal à Bucarest
Par Jonathan Pageau, publié sur Orthodox Arts Journal.



Mozaicon a commencé avec un groupe d'artistes fresquistes roumains qui se sont réunis en 2008 pour créer les mosaïques du complexe de la cathédrale patriarcale de Bucarest. Après le projet initial, un seul des artistes, Daniel Codrescu a continué à travailler dans les mosaïques jusqu'en 2010, quand une fois de plus d'autres artistes l’on rejoint pour travailler sur plusieurs projets en Roumanie, mais aussi dans d'autres pays, comme la Grèce, les États-Unis et l'Autriche.

Le groupe est fluide, changeant selon les commandes, mais il y a un noyau à temps plein de quatre artistes. Daniel Codrescu dirige toujours l'ensemble du projet, et la personne qui gère l'atelier est nommé Alex Costenco. Il contribue également et aide à planifier les projets et a diriger les travaux en cours.
Vue générale du complexe Patriarcal à Bucarest

J’ai demandé à Anca Sirbu, l'une des artistes permanents de me donner un aperçu sur la façon dont ils travaillent, leurs influences et approche. Elle a expliqué que différents artistes travaillent sur différents détails en fonction de leur possibilité. Anca Sirbu est celle qui fait les visages et les mains, d'autres comme Alex Costenco se spécialisent dans les vêtements et les motifs tandis que d'autres feront le reste. Les remarques de A. Sirbu sur les influences ne sont pas surprenantes: Sainte-Sophie, Ravenne, un désir de retrouver la subtilité et la richesse des mosaïques antiques tout en étant attentif à ce qui se passe en ce moment en Biélorussie et dans d'autres pays orthodoxes.
L'atelier de mosaïque et quelques unes des couleurs utilisées

Ce qui m’a frappé en voyant leur travail est l'intensité particulière de la couleur, les contrastes très forts comparés aux mosaïques d’ Hagia Sophia par exemple. Ceci A. Sirbu l’associe aux nouvelles techniques et au support de tuile en verre de Murano. Ils n’utilise pas de joints et avec un fond sombre, cela rend les couleurs plus intenses.
Alex Costenco travaillant sur une mosaïque

Leur procédé est très ouvert et ils sont constamment à la recherche de moyens plus vivants pour représenter les saints et les différentes surfaces. A. Sirbu ressent que sa démarche est presque comme si elle peignait avec des tuiles, consciente d'une préoccupation moderne pour la finesse de la représentation et de comment notre expérience de la peinture affectera inévitablement les mosaïques. Pour moi, c’est tout à fait évident quand on regarde les gros plans des visages qu'elle réalise. On trouve beaucoup de subtilité et de complexité de couleur, de variation, de contraste et de tonalité, qui utilisé d'une manière chatoyante manifeste des expressions faciales et donne simultanément un sens iconique et animé à l'image.
Une face par Anca Sirbu - Subtilité et complexité de couleur.
Saint Georges, réalisé par Anca Sirbu

Ce qui frappe aussi le spectateur est leur utilisation expérimentale de la couleur, qui peut être vu le plus manifestement dans la superposition très dense de plis et de motifs créés par Alex Costenco. Une telle densité crée des surfaces éclatant avec énergie, vibrant presque. Certaines d'entre elles sont sur le point d'aller trop loin, mais heureusement ne le font jamais.
Motifs sur vêtements par Alex Costenco.
Faces par Anca Sirbu, vêtements et couronnes par Alex Costenco.
Rouge, bleu, or. Plis et motifs par Alex Costenco.
Il est toujours rafraîchissant de voir des artistes aussi pris par leur travail, à la fois ancrée dans les traditions anciennes tout en gardant les yeux ouverts vers des moyens de mieux faire leur travail. Pour A. Sirbu, tout ce qu'ils font est un processus, d’étapes de découverte de la plus belle des manières de rendre la gloire de Dieu au Christ et à ses saints.
 .

Le groupe n'a pas de site web, mais on peut en voir plus de leur travail sur leur page facebook:

Anca Sirbu est représentée par Studio Ikona
Pour plus d'informations, contactez studioIKONA@rogers.com

Eglise Saint-Spyridon. Bucarest. Travail effectué par Daniel Codrescu, Alina Codrescu, Alex Costenco et leur équipe.

Façade église saint-Georges. Bucarest.
Eglise de la Nativité de la Vierge. Bucarest.

Complexe patriarcal. Bucarest.
Frise du palais patriarcal. Complexe patriarcal. Bucarest.
Traduction par Nicolas Petit pour Iconophile.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire