10 mai 2015

Les Nouveaux Maîtres Roumains: Iconographie Innovatrice dans la Matrice de la Tradition

[ Ndlr : Nous avons récemment pu entendre lors du colloque international « L’image chrétienne » à l’Institut de Théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris le Dimanche 1er Mars 2015 (Dimanche du Triomphe de l’Orthodoxie) une intervention du Dr. Basile Manea (de Cluj en Roumanie) intitulée « Le renouveau de la théologie de l’icône et de la peinture orthodoxe en Roumanie », laquelle fut retransmise récemment dans l’émission Orthodoxie (Fr 2). Cette intervention nous a semblé juste mais assez pessimiste sur la situation de l’icône actuellement en Roumanie. Ainsi nous avons décider de proposer à nos lecteurs un autre angle de vue, celui-ci résolument optimiste, afin de pouvoir mieux équilibrer notre opinion de la situation actuelle de l‘iconographie dans ce pays. Nous vous proposons donc la traduction de l’article suivant publié par Orthodox Arts Journal. ]

Toma Chituc et Mihai Coman, deux iconographes du renouveau de l'icône roumaine.

(Note de l‘éditeur (Orthodox Arts Journal): Depuis quelque temps maintenant, nous voulions trouver un moyen de présenter le développement de l'iconographie qui est actuellement en cours en Roumanie. Et donc après un peu de recherche, cet article introduisant la nouvelle école d’iconographie a été écrit spécialement pour Orthodox Arts Journal par mère Atanasia (Văetişi) du monastère Stavropoleos de Bucarest en collaboration avec mon propre prêtre le Père Dragos-Andrei Giulea, ici à la paroisse St. Benoit de Nursie, de Montréal, qui a traduit l'article [ndlr: en anglais].)



I. L’iconographie, un langage artistique retrouvé

Il aurait été impossible d'imaginer une conversation publique sur les icônes et leur vénération il y a un quart de siècle en Roumanie communiste. Il aurait été impossible aussi d'imaginer l’iconographie enseigné dans une école publique et la technique de la peinture d’icônes au département des Beaux-Arts. En ces temps-là, l'intérêt pour les icônes n’était qu'une simple occupation privée, ou de niche. Institutionnellement, le Patriarcat roumain avait une commission spécialisée sur l'art religieux opérant essentiellement pour la préservation du patrimoine national. Cependant, au cours des 25 dernières années qui se sont écoulées depuis les révolutions anti-communistes en Europe de l'Est, les changements ont été impressionnants. Aujourd'hui, c’est un geste commun de commander une icône pour votre maison ou d’offrir une icône comme cadeau. Quatre des douze facultés de théologie orthodoxe dans le pays ont créé des départements d’art sacré, préparant des iconographes et des spécialistes dans la préservation de l'iconographie médiévale; et nombre de leurs diplômés sont devenus expérimentées dans la peinture d’icône et de fresque. Dans la suite du régime athée, la vie religieuse a été ravivé dans toutes ses dimensions: l'art, la liturgie, la vie paroissiale et des communautés monastiques. Il y a de nouvelles églises paroissiales, de nouveaux monastères, de nouveaux saints canonisés ainsi que de nouveaux martyrs chrétiens de la persécution communiste recevant une grande vénération populaire et qui attendent d'être canonisé. Dans ce contexte, l'icône est devenue une présence commune dans les maisons et les bureaux.

Ioan Popa travaillant sur son icône des martyrs Brancovan (visible en bas de page)

L'aspect le plus remarquable de ce renouveau est que l’abondante demande iconographique et le nombre élevé d’iconographes qualifiés ont donné lieu à une ambiance compétitive qui a conduit à une avancée évidente dans la qualité de l'iconographie et, par la suite, à un nouveau mouvement iconographique. Comme avec n’importe quelle profession, les nouveaux iconographes et peintres d’église démontrent une valeur inégale ; il ne suffit pas d'apprendre la technique et suivre l'herminia byzantine (manuel du peintre) pour devenir un iconographe qualifié et apprécié. D'une part, il y a des peintres qui reproduisent la composition classique et les styles chromatiques de Manuel Panselinos - le plus fréquent et le plus imité - de l'iconographie macédonienne, des chefs-d'œuvre du Mont Athos, aux styles roumain locaux (soit des monastères moldaves ou de l’art Brancovan (Brâncoveanu) développé en Valachie au XVIIIe siècle). D'autre part, il y a les artistes qui s’efforcent de définir leur propre style et langage en ce qui concerne soit la manière de dessiner, ou de choisir la palette chromatique, ou de ré-imaginer la composition interne des icônes et des programmes iconographiques. Certains d'entre eux ont trouvé leur propre style et sont devenus ainsi en mesure de pousser plus loin l'iconographie comme un domaine artistique, du moins dans ce pays orthodoxe.

Elena Murariu travaillant sur une icône du Buisson Ardent.

Notre intérêt se concentre sur ces derniers artistes qui ont atteint une aptitude avancé de la maîtrise de la peinture d'icônes et de la fresque. Socialement, ils sont aussi la catégorie la plus visible, sachant comment promouvoir leur création, comment mettre en place des événements et intégrer leur art dans le phénomène culturel et artistique plus large. Leurs personnalités sont complexes : en plus de travailler en studio ou sur l'échafaudage, ils organisent des colloques, des expositions et des ateliers, invitent des collègues du pays et de l'étranger, certains d'entre eux enseignent l'art religieux et, généralement, ils apportent l'iconographie à l’attention du public. On peut observer que, au cours des cinq à dix dernières années, le phénomène est devenu plus vivant et a configuré un groupe d’iconographes et de peintres d'église qui ne sont pas seulement des artistes de talent, mais aussi conservateurs, théoriciens et gestionnaires de projet. En outre, l'un des aspects les plus importants est que quelques valeurs artistiques ont été progressivement prisent en charge par les iconographes les plus précieux :

1. Une formation approfondie en art classique. Bien éduqués en peinture classique, les iconographes appartenant à l'ancienne génération (maintenant dans leurs 50 et 60e années) ainsi que quelques-uns de la nouvelle génération (dans leur 30 et 40e années) ont une expérience importante dans la restauration d’anciens monuments religieux (icônes et fresques). Ce faisant, ils ont acquis une connaissance fine de la composition et une sensibilité chromatique particulière comme ils l’ont démontré plus tard par la création de vastes programmes iconographique. La nouvelle génération de peintres (dans leur 30 et 40e années) n'a pas été formé par l'apprentissage direct avec un maître. La plupart d'entre eux ont étudié l'art classique à la Faculté des Beaux-Arts afin d'acquérir une solide formation dans ces techniques essentielles comme le dessin, la composition, l'anatomie ainsi que leur culture visuelle. En outre, ils ont étudié les albums et les collections d'art byzantins, voyagé à travers le monde orthodoxe pour étudier les compositions murales et, tout aussi importants pour leur progrès, ont été guidés par leur talent artistique, l'intuition et la vie spirituelle. Maintenant, ils sont des maîtres accomplies des techniques iconographiques traditionnels, ils choisissent et préparent les matériaux très diligemment et s’abstiennent d'utiliser certains ingrédients populaires aujourd'hui, comme l’acrylique et les peintures chimiques, qui induisent un effet scintillant bon marché à l'image. La splendeur chromatique ne doit pas être confondu avec des couleurs charnues de télévision. Nous devons mentionner que, grâce à eux, la difficile technique de la fresque traditionnelle a survécu dans la Roumanie moderne, très probablement un des seuls endroits dans le monde; et, de plus, est devenu un grand art.

2. Une vie spirituelle personnelle. La totalité d'entre eux assument, avec la tradition orthodoxe, qu'une dimension spirituelle est un ingrédient nécessaire à la peinture d’une icône. La peinture d’une icône n’est pas une simple activité artistique, mais une facette de la croissance spirituelle plus large, à la fois personnelle et partie de la communauté dans laquelle les iconographes vivent. La peinture d’une icône, par conséquent, devient une façon d'exprimer leur créativité, une recherche spirituelle dans une continuité directe avec leur héritage orthodoxe ancestrale et un mode de vie auquel ils se consacrent entièrement. Ainsi, ils aspirent à comprendre l'icône d'une manière théologique, comme une image sacrée, et à la traiter sous un angle spirituel. Il y a quelques cas dans lesquels les artistes choisissent même la vie monastique; et la peinture d'icônes est devenu leur principale obéissance dans le monastère.

3. Ils n’imitent pas, mais innovent dans les canons de la tradition. Probablement la valeur la plus intéressante progressivement assumée par les iconographes de la nouvelle génération, c’est qu'ils chérissent l’originalité et la liberté d'expression artistique. Ils n’acceptent pas de créer d'une façon maniériste et de reproduire les maîtres du passé tout en faisant une concession au courant, au goût populaire. Prêtant attention au moindre détail technique et théologique, ils s’efforcent d'éviter non seulement le kitsch religieux, mais aussi les clichés religieux. Après avoir assimilé les compétences, le canon byzantin, une riche documentation et une connaissance générale de l'art médiéval, certains d'entre eux ont été en mesure de définir leur propre style. Et ce fait leur a permis de repenser l’iconographie classique et d'innover en termes de style, de couleurs et de composition ainsi que de trouver de nouveaux thèmes et de devenir "hagiographes". Tous ces éléments entre eux ont conduit à atteindre une qualité sans précédent de l'acte iconographique dans laquelle ils engagent eux-mêmes l’originalité artistique dans les limites de la tradition iconographique orthodoxe. De ce point de vue, n’importe quelle scène iconographique peut être ré-imaginé à la lumière du texte biblique et l'iconographie traditionnelle. Comme l’expose Ioan Popa, "j’ai relu le texte de l'Écriture et repenser l'iconographie classique d'une fête." Pour eux, la splendeur des couleurs et des formes doit rendre transparente l'atmosphère hiératique du royaume spirituel et guider l'œil, l'esprit et l’âme de celui qui contemple vers les mystères du monde invisible. Pour obtenir cet effet, ils remodèlent parfois l’anatomie humaine en silhouettes filiformes et ondulent les corps humains selon la manière grecque Paléologue ou les allonge comme les maîtres russes classiques.


II. Quelques iconographes et leurs travaux

Gregore Popescu. Il est le plus ancien parmi les peintres de l'église roumaine et possède la plus grande oeuvre artistique. Bien que les plus jeunes peintres n’étaient pas ses apprentis directs, tous ont été inspirés par son attitude libre à explorer certain thème et par sa connaissance à composer avec originalité une icône, une scène ou un mur entier. Popescu est novateur en termes de couleur, de forme et de composition, en s’inspirant de l'iconographie roumaine classique qu’il stylise en amincissant, ondulant ou allongeant les formes anatomiques du corps humain, parfois à sa manière. Il innove également en termes de style chromatique en effectuant une palette chaleureuse et pittoresque inspiré par l'ancien art roumain populaire qu’il connaît en profondeur.

Grigore Popescu, Mur Est dans l'autel.

Grigore Popescu, Christ en gloire, Porche d'entrée.

Popescu est aussi le créateur d'un nouveau cycle iconographique : dans le porche de la nouvelle église du monastère de Lainici (sud-ouest de la Roumanie), il a composé une peinture « chronique de l’hésychasme roumain » dans laquelle une place centrale est consacrée à l'histoire de la Philocalie. Ce récit peint comprend les Pères Cappadociens avec leur Philocalie, Saint Nicodème de l’Athos avec sa collection imprimée à Venise, Saint Païssy Velitchkovsky et les scriptoria monastiques médiévaux et se termine par la traduction roumaine du célèbre livre de la collection de douze volumes réalisée par le père Dumitru Stăniloae.

Grigore Popescu, scène de la vie de st. Païssy Velitchkovsky, Cycle de la Philocalie.

Elena Murariu représente la génération intermédiaire. Elle a travaillé en tant que spécialiste de la fresque qui a restauré différents ensembles muraux du quatorzième au dix-huitième siècles et par la suite a commencé à peindre ses propres icônes. Murariu a peint les modèles iconographiques des princes roumains nouvellement canonisés en composant un récit historique avec des scènes de leur vie inspirés du type iconographique des chroniques russe du XVIe siècle. Très prolifique, elle est en mesure d'élaborer un certain sujet, par exemple le martyr des saints Brancovan, dans divers médias et techniques, des icônes ci-dessous, la composition stricte du canon byzantin à d'autres modalités artistiques telles que des dessins ou tempera sur panneau de bois. Ces compétences remarquables lui permettent d'insérer dans le langage iconographique classique certaines des techniques et moyens d'expression propres à d'autres médias artistiques tels que les hachures, des traits vibrants et un dynamisme souligné.

Elena Murariu, St. Etienne le grand.

Elena Murariu, Saints martyrs Brancovan (Brâncoveanu).

Gabriel Toma Chituc. Principalement éduqué comme peintre classique, Chituc est un iconographe original et doué avec une expressivité artistique spéciale. Dans la dernière décennie, il est devenu un iconographe prolifique s’efforçant de trouver le mystère de l'icône authentique inspiré par l'Esprit Saint. Influencé par l'art des maîtres russes de Novgorod et de Moscou, dont il a repris la transparence, la grâce et la délicatesse des portraits, il filtre tout dans un style personnel de physionomie délicate, de geste et de mouvement élégants, de couleurs chaudes et désaturées et de pli raffiné. Il est original et très personnel soit quand il repense un thème classique comme l’icône de la Nativité ou de l'Annonciation, ou quand il crée le portrait d'un saint ou d’un martyr.

Gabriel Toma Chituc, Nativité.

Gabriel Toma Chituc, Annonciation.

Gabriel Toma Chituc, St. M. Georges.

Gabriel Toma Chituc, St. Georges de Cernica.

Ioan Popa. Bien qu'il n’ait que 38 ans, Popa a déjà peint à la technique de la fresque deux églises à Bucarest et Alba Iulia, l'église d'un monastère dans les Carpates occidentales roumaines (Mt Apuseni) ainsi que des baptistères et des petites chapelles en Italie du Sud, Chypre et Mont Athos. Popa est doté d'une très bonne connaissance de l'art byzantin, ses racines et son héritage diffusé dans les Balkans et l'Italie du Sud. Bien documentée en histoire de l'art et doué aussi d’une vocation de chercheur, il incline artistiquement vers un "style local relié à la tradition byzantine de l'Église Une". Il est capable de composer ses ensembles muraux adaptées soit à l'architecture traditionnelle ou expérimentale et donc de générer des programmes iconographiques uniques.

Ioan Popa, Chapelle de l'Hôpital G. Alexandrescu (Bucarest).

Ioan Popa, Eglise du saint Rédempteur (SS Redentore) (Manfredonia, Italie).

Auteur de nombreuses icônes, aussi, Popa crée parfois de nouveaux cycles narratifs dans les scènes peintes dans la marge de l'icône.

Ioan Popa, St. M. Georges, icône.

Ioan Popa, St. Seraphim de Sarov, icône.

Il a accompli une fresque d'une grande originalité dans l'église dédiée à Saint-Jean-Baptiste à Alba Iulia. Les scènes sont réduites à l'essentiel, peint sur de grandes surfaces délimitées par des inscriptions, des passages de l'Écriture et des textes liturgiques. Il dirige un cabinet de technique de dessin qui transmet à ses compositions murales une certaine monumentalité et atmosphère hiératique spécifique à l'art primitif.

Ioan Popa, Mur sud, Eglise de Alba Iulia.

Ioan Popa, Eglise de Alba Iulia, détail.

Mihai Coman. Il enseigne les techniques de peinture d’église à la Faculté de Théologie de Bucarest et a étudié la restauration en Roumanie. Cependant, en ce qui concerne ses compétences en peinture d'icônes et de fresques, Coman affirme qu'il "a appris la technique sur le mont Athos et compris l'icône avec le professeur et peintre Georgios Kordis», dont il était l’étudiant doctorant en Grèce. Coman est en effet redevable aux traditions Athonite et Crétoise des XIVe et XVe siècles préférant les figures allongées, les gestes délicats et maniéristes et les vêtements aux surfaces largement drapés. Outre ses nombreuses icônes façonnées avec un raffinement minimaliste, il a peint les fresques de la chapelle de l'Université Polytechnique de Bucarest et a collaboré avec Gabriel Toma Chituc pour l'église de l’Ermitage Saint-Théodose à Brazi.

Mihai Coman, La Cène.

Mihai Coman et Gabriel Toma Chituc, Ermitage de Brazi.

Mihai Coman, Protection de la Mère de Dieu.

Diacre Nicolae Bălan. Après ses études en iconographie à la Faculté de théologie aux Département de l'art monumental, il a assisté à la Faculté des Beaux-Arts pour améliorer ses techniques de dessin et de composition. Bălan est un dessinateur doué et il a peint la chapelle métropolitaine de Limours (France) et l'église de la Sainte Trinité à Alba Iulia. Il démontre un talent particulier dans l'organisation de surfaces murales complexes, dans une élaboration habile de scènes murales et mettant l'accent sur le thème principal autour duquel gravite toute la composition.

Nicolae Balan, Eglise mémorial à Alba Iulia.

Nicolae Balan, Croix d'autel.

Nicolae Balan, Eglise mémorial à Alba Iulia, détail de la voûte.


A ces iconographes, il faut ajouter beaucoup d'autres, tous avec un talent particulier et une production abondante. Nous ne citerons ici que quelques-uns d'entre eux pour quelques raisons précises. Tout d'abord, certains ont composé de nouveaux thèmes iconographiques, comme Răzvan Gâscă avec son saint Maxime le Confesseur avec des scènes de sa vie, peint pour marquer la présence des reliques de saint Maxime le Confesseur à Iaşi en 2010.

Razvan Gâsca, St. Maxime le Confesseur avec scènes de sa vie.

De même, Marius Ghinescu pour son saint Pacôme avec saint Dimitri de Rostov, qui représente un moment de la vie du Vénérable Pacôme de Gledin (1674-1724), un ermite et évêque roumain qui a passé ses dernières années à la Laure des Grottes à Kiev.

Marius Ghinescu, St. Pacôme de Gledin visitant St. Dimitri de Rostov.

D'autres doivent être mentionnés pour la manière originale avec laquelle ils repensent certains thèmes classiques, par exemple Daniela Toma Musat, avec le St. M. Georges.

Daniel Toma, St. M. Georges.

Enfin, il convient de mentionner certains qui sont des moines artistes talentueux capables d'innover dans le canon, comme Mère Olga, avec Saints Joachim et Anne, le Moine Haralambie, avec les Vénérables fondateurs du Monastère de Vatopedi, et le Moine Iacob, avec le Mandylion.

Mère Olga, Sts. Joachim et Anne (Monastère de Bistrita).

Moine Haralambie, Les Vénérables Fondateurs de Vatopedi (Monastère de Vatopedi, Mont Athos).

Moine Iacob, Mandylion (Ermitage St. Tikhon, Mont Athos).


III. Un thème iconographique - Les martyrs Brancovan

Le Prince Constantin Brâncoveanu a été décapité en 1714 par les Ottomans avec ses quatre fils et son conseiller Ianache Văcărescu parce qu'ils n’ont pas renoncé à leur foi chrétienne. Il est ensuite devenu l'un des princes les plus aimés de l'histoire roumaine et actuellement est l'un des saints les plus vénérés dans le pays. L'anniversaire des 300 ans de leurs martyrs a occasionné une production iconographique riche et original développée soit par analogie avec des thèmes établis de la tradition byzantine (la Décollation de saint Jean-Baptiste) ou en l’intégrant à des thèmes iconographiques classiques (Mandylion, Jésus La Vigne, Deisis) et des scènes de martyrs comme enregistré dans les chroniques et les écrits historiques.

Bogdan Verdes, Saints martyrs Brâncoveanu.

Gabriel Toma Chituc, Mandylion avec saints martyrs Brâncoveanu.

Ioan Popa, Jésus La Vigne avec saints martyrs Brâncoveanu.

Daniel Codrescu, Déisis avec saints martyrs Brâncoveanu.

Elena Murariu, Saints martyrs Brâncoveanu.


[ Ndlr : Nous avons choisi de couper un court paragraphe présentant un artiste qui relève plus du domaine de l‘art contemporain que de l‘iconographique chrétienne. ]

Avec ceci, nous fermons notre courte excursion dans l'iconographie contemporaine roumaine. La diversité des artistes, des styles, des techniques, des médias et des sources d'inspiration dévoile un phénomène artistique et spirituel fascinant. Il sera intéressant de voir dans quelle direction l'iconographie roumaine évoluera à l'avenir.

Traduction de Nicolas PETIT pour Iconophile.


Ndlr : Vous trouverez sur les pages facebook de ces artistes de nombreuses autres photographies de leurs œuvres.

1 commentaire:

  1. Merci beaucoup pour ce partage fort intéressant, c'est magnifique!

    RépondreSupprimer