9 juin 2019

Réédition des « Carnets d’un peintre d’icônes » du moine Grégoire (Kroug)


En relation avec la magnifique exposition consacrée à l’œuvre du moine iconographe (Grégoire Kroug), qui se tient au Centre culturel orthodoxe russe du Quai Branly à Paris, une deuxième édition de ses Carnets d’un peintre d’icônes vient d’être publiée dans la collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle »  aux éditions L’Âge d’Homme.

Le moine Grégoire Kroug, né en 1909 à Saint-Pétersbourg, étudia la peinture en Estonie, puis à Paris où il s’exila en 1931. Doué, et formé par des grands maîtres russe de l’époque, il renonça à une carrière qui s’annonçait brillante pour se consacrer à la peinture d’icônes et de fresques. En compagnie de son ami Léonide Ouspensky, il en redécouvrit l’essence et les formes traditionnelles et s’attacha à les restaurer dans le monde orthodoxe où des influences étrangères les avaient depuis plusieurs siècles altérées. De 1933 à 1948, comme laïc, et surtout de 1948 jusqu’à sa mort prématurée en 1969, comme moine au skit du Saint-Esprit à Le Mesnil-Saint-Denis, il a réalisé une œuvre iconographique forte, qui a rayonné dans tout le monde orthodoxe.
Cette œuvre est celle d’un connaisseur intime de l’icône – de son histoire, de ses formes, de ses techniques –, mais aussi d’un spirituel inspiré. 
Ses Carnets, trouvés après sa mort et colligés par sa sœur Olga, et traduits ici par Jean-Claude et Valentine Marcadé, témoignent de toutes ces qualités. Consacrés à l’icône et à sa vénération, et aussi à l’analyse de types particuliers d’icônes, ils sont aussi l’œuvre d’un théologien avisé, à la  fois profond, raffiné et ouvert, dont la réflexion est animée par une foi droite, une vie d’ascèse rigoureuse et une insertion active dans la vie ecclésiale. 
Dans leur ensemble, ces Carnets nous montrent à quel point la compréhension des icônes qu’avait le Père Grégoire était profonde et subtile, et à quel point aussi les icônes et fresques qu’il peignait présupposaient et traduisaient cette compréhension.
Cet ouvrage est sans aucun doute l’une des introductions les plus valables qui aient été jusqu’à ce jour consacrées à l’icône orthodoxe, indispensable à qui veut en comprendre l’essence et les formes véritables.

Les Carnets proprement dits sont précédés de deux préfaces, dues à Valentine Marcadé (une grande spécialiste de l’art russe, mais aussi une fidèle du skit du Saint-Esprit et de la paroisse de Vanves) et à Catherine Aslanoff (fille de Vladimir Lossky et filleule du Père Grégoire), sont de belles contributions à une présentation de ce que furent la vie et la personnalité du Père Grégoire, écrites par deux fidèles orthodoxes qui l’ont fréquenté et connu intimement. 

Cette deuxième édition, revue et corrigée, est augmentée d’un avant-propos de Jean-Claude Larchet, qui met en valeur la dimension spirituelle exceptionnelle du Père Grégoire et de son œuvre et justifie ainsi l’insertion de ses Carnets dans la collection « Grands spirituels orthodoxes du xxe siècle ».

Moine Grégoire (Kroug), Carnets d’un peintre d’icônes, 2e édition revue et corrigée, collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle », L’Âge d’Homme, Lausanne, 2019, 160 p. Le livre peut être acheté au stand de l’exposition, 1 Quai Branly, 75007 Paris (exposition ouverte jusqu’au 30 juin, de 14h à 19h, entrée libre), ou commandé sur le site des éditions L’Age d’Homme.

Source : Orthodoxie.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire