30 juillet 2015

La fabrication d'une iconostase à Palekh

Avec la réouverture d'églises dans toute la Russie, il y a une grande demande pour de belles iconostases. Comment une ville russe aide à répondre à la demande? Voici le récit en images d'un atelier dans l'antique ville d'artisans de Palekh.
* * *

Le 5 Décembre 2014, Palekh célèbre 90 années de ses célèbres miniatures sur laque: le début est daté du 5 Décembre 1924, lorsque le miniaturiste I.I. Golikov, fondateur du "style Palekh", et ses commensaux se sont réunis dans la Coopérative de peinture ancienne. Mais les traditions artistiques de Palekh remontent effectivement beaucoup plus loin que ces 90 années: même à l'époque, avant Pierre le Grand, Palekh était connue pour ses iconographes et ses maîtres de la fresque. Maintenant, aujourd'hui, non seulement les miniaturistes vivent et créent à Palekh, mais aussi les iconographes, sculpteurs et sculpteurs sur bois... Avec l'aide de photographe d'art Vladimir Eshtokin, visitons un atelier de Palekh.

L'iconostase est une partie importante de l'intérieur d'une église. Les iconostases apparurent dans les églises orthodoxes par la nécessité de séparer l'autel du reste de l'église, où se tiennent les fidèles. C'est une "clôture" de division spéciale entre l'autel et la nef. Cette ligne de démarcation symbolise la division du Divin du terrestre. Fondamentalement, l'iconostase [en mur plein]  est spécifique aux églises orthodoxes russes, mais l'idée elle-même est venu en la Russie de la tradition byzantine. Cependant, c'est seulement en Russie que l'iconostase est devenu ce que nous sommes maintenant habitués à voir.

Le chef de l'atelier "Iconostase de Palekh" Anatoly Vlezko partage les secrets de la création d'une iconostase:

-La Naissance d'une iconostase commence par... une idée. Après un remue-méninges qui suit une analyse minutieuse de toutes les conditions présentes, plusieurs variantes sont proposées et l'une d'elle est choisie. Ensuite, un avant-projet est préparé et le travail commence. Les projets sont établis sur la base du projet architectural, et les artistes travaillent grâce à la conception de l'iconostase-les boiseries, le placement des icônes, et ainsi de suite. La modélisation informatique et de la technologie 3D sont largement utilisées dans le processus de conception.



Dans le même temps débute le travail sur les matériaux. L'iconostase est fabriquée à partir de troncs d'arbres. Le "corps" est fait de pin, alors que la planche de l'icône, le bois sculpté et d'autres ornements sont faits de tilleul, bien que le client ait la possibilité d'avoir du chêne, de séquoia, ou tout ce qu'il voudrait d'autre. Après le bois est coupé en planches, il est séché pendant au moins un mois (plus longtemps, c'est encore mieux).



Ensuite le travail commence directement. Ils commencent l'assemblage du "corps" de l'iconostase, préparent les planches d'icônes, et font le travail rudimentaire des boiseries.



Les planches des icônes sont recouvertes de levkas et envoyées aux iconographes.



Les éléments décoratifs sont formés en pâte à modeler.



Utilisant ces ornements en pâte à modeler, des formes spéciales sont préparées à partir de plastique, qui sont ensuite utilisées sur des tours mécaniques pour tailler les ornements eux-mêmes de l'iconostase en bois sculpté. Ceci est fait dans le but de libérer les sculpteurs sur bois de la routine, pour ce travail à grande échelle.



Les sculptures sur bois prêtes à l'emploi sont ensuite rendues parfaites par les sculpteurs sur bois et envoyées pour le ponçage, la peinture et la dorure.



Dans le studio d'iconographie, les icônes sont peintes. Lorsque les composants de l'iconostase sont prêts, elle est assemblée pour un contrôle de qualité, puis expédiée à l'église.


Et ainsi continue l'antique travail de la ville de Palekh!


Version française Claude Lopez-Ginisty pour Orthodoxologie
d'après Pravoslavie.ru

Aucun commentaire:

Publier un commentaire